André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 239
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0247
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0247
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
*S V R LÊ ÈEÀU. 2.3$
tfiomphé de sa vie, Maître du Sé-»
nat &c du Peuple, maître des ar»
mées, il pouvoit aisément oppri-;
mer par la force Ies ennemis de sa
gloire. Non : je leur ai montré ce
que je puis ; faisons ce que je dojs.
La guerre civile étoit inévitabîe ,
si après un tel éclat il fût demeuré
à Rome. II fe retire dès Ie jouf
même à sa maison de campagne ,
pour sauver sa patrie une seconde
fois, par une retraite plus belle
que toutes ses viâoires»

En est-ce assez, Messîeurs, pour
démontrer le pouvoir que l’amour
de l’ordre, ou du beau moral, a
îoujours conservé dans le monde
malgré la corruption générale. Je
n’ai tiré mes exemples que des
nations les plus fameuses par leur
politefîe. Je vous en aurois pu
montrer jusques dans le sein de Ia
loading ...