André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 250
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0258
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0258
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
M° E s s A i

sévérité du Portique, & tantôt pour
la mollesse d’Epicure. Témoin Ho-
race dans ses Odes : il y passe con-
tinuellement, ou plutôt, il y voltige
sans cesse de l’une à l’autre , comme
un papillon du ParnalTe.

Mais pour nous rapprocher de
notre siecle , nous avons nn illufire
Poëte François, qui me paroît plus
propre que les anciens , à mon des,
sein , d’expliquer par des faits l’état
de la question : c’est le grand Cor-
neille. Voici comme il explique l’a-
mour pur de Zénon, par la bou-
che d’un de ses Aûeurs ; je ne me
souviens plus dans quelle piece :

Le véritable amour n’est jamais mercénaire ;

Jamais il n’est louillé de Peipoir du làlaire ;

II ne veut que servir , & n’a nul intérêt

Qui ne cede à celui de l’objet qui lui plaît.

II ne réussît pas moins bien à ex-
primer l’amour intéresse d’Épicure
loading ...