André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 251
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0259
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0259
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
S U R L E B EAU. 2.51
dans une autre piece dont le titre
m’estaussi échappé. Car après avoir
sait dire à un de ses Héros, ou de
ses Héroïnes :

Je trouve peu de jour à croire que l’on
m’aime,

Quand je vois qu’en m’aimant on se cherche
soi-même.

II lui fait rendre cette réponse par
son confident, 011 par sa confidente :

Hélas ! s’il estpermis de parler librement,

Dans toute la nature, aime t-on autrement?

L'amour-propre est en nous l’auteur de tous
les autres :

II forme cenx des Grands comme il forme
les nôtres.

Lui seul allume , éteint, ou change nos
désirs :

Les objets de nos vœux le sont de nos plaisirs.

On ne peut guères douter que ces
deux sentimens , quoique si contrai-
res, ne soient tous deux , par quel-
que endroit, fondés sur la nature ,
loading ...