André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 252
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0260
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0260
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
2^2 E S S A î

puisqu’on les met sur le théâtre avec
succès : si ce n’est pourtant qu’on
yeuille dire qüe la diversité de nos
préjugés naturels, ou acquis , fuffit à
un Poëte pour les y faire monter.
Revenons donc aux Philosophes,
qui doivent être plus scrupuleux :
& sans nous embarrasser dans un.
étalage d’érudition iuutile, arrêtons-
nous aux faits contemporains quï
regardent notre question.

II y a soixante ans * ou environ,
que le célebre Abadie publia son
Art de fe connoüre foi-mêrne : ouvrage
très-ingénieux, & seul capable d’as-
surer à son Auteur la qualité de be!
esprit. Son principe fondamental est,
que l’amour denous-mêmes est la
source unique de tous nos autres
amours. Mais parce que cette pro-
position est toujours malsonante à

* Vers l’au 1284.
loading ...