André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 257
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0265
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0265
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
surleBeau. 257
îi tâche d’éclaircir la matiere à la
satisfaciion des deux partis. Mais,
après tout, ii y soutient que la vo-
lonté n’étant autre chose que l’amour
naturel de la béatitude , nous ne
pouvons rien aimer ni rienfaire que
par le motif de cet amour.

La dispute en étoit là , lorsqu’en
1699, Rome , consultée par quel-
ques Prélats de France , condamna
le Livre de M. de Cambrai , qui
avoit occasionnéla querelle Théolo-
gique ; mais sans toucher en ancune
sorte à la question de Philosophie,
qu’elle abandonna ,. comme n’étanî
point du ressort de la Foi, aux rai-
sonnemens des Philosophes.

Cette question avoit trop fait de
bruit dans le monde , pour n’en
point faire dans les Ecoles, Elle y
devint en très-peu de tems aussi à
la mode qu’elle le fût jamais dans
Partie II, Y,
loading ...