André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 260
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0268
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0268
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
i6o E s s A i

ment, que les objets qui nous pîai-
sent , & parce qu’ils nous plaisent ,
& autant qu’ils nous plaisent. La
proposition , disent-ils encore , est
de la derniere évidence. Ils en at-
îestent le sentiment intérieur , Sc mê-
rne le sens commun. Or qu’est - ce
que nous entendons par plaire ,
sinon faire plaisir ; produire dans
notre ame une sensation agréable ,
& dans notre cceur une déleftation
prévenante, qui nous entraîne vers
l’objet qui la cause , ou qui paroit
la causer ? D’oîi ils concluent en
général, quenulamour, ni pour le
Créateur, ni pour la Créature , ne
peut être excité. dans notre cœur y
que par un plaisir prévenant qui
nous détermine vers sa cause vraie
ou apparente ; sa cause vraie , st
c’est le Créateur qui en est l’objet,
6c sa cause apparente, sx c’est la
Créasure»
loading ...