André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 261
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0269
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0269
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
surleBeau. i6z
Assurément, Messleurs , vous nc
m’accuserez pas d’avoir affoibli les
preuves du sentiment, que je me
propol'e de combattre. On pourra
bien plutôt m’accuser d’imprudence
de vous avoir prévenu contre ma
cause par des autorités si redouta-
bles, par des raisonnemens qui ont
un air si naturei; en un mot , par
des préjugés siforts, que j’aurai peut-
être bien de la peine à les dissiper,
Mais quoi qu’ilen arrive, j’ai mieux
aimé passer pour imprudent, que
pour peu sincere. N’ayant ici en
vue que le seul interêt de la vérité
je n’ai point cru devoir commencer
par la trahir, ou par la déguiser
pour la mieux défendre. D’ailleurs ,
Messieurs , qu’ai-je donc ici à crain-
dre? Je parle dans une Àcademie
sçavante, où l’on ne peut ignorer 9
que dans les matieres phiiosophi-
loading ...