André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 262
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0270
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0270
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
z6z E S S A S

ques, l’autorité ne prouve rien, que
les raisonnemens qui ont l’air le
plus naturel, ne sont pas toujours
Ies plus conformes à la nature, &C
que les préjugés les plus forts sont
alsez souvent les plus mal fondés ;
c’est toute la préparation d’esprit
que je vous demande , pour entrer
dans Ia défence d’une cause qui
me paroit être celle de Dieu , &C
des hommes.

II s’agit de sçavoir , s’il est vraà
que nous ne puifîions rien aimer
que par le motif de notre bonheur ,
de notre plaisir, en un mot de notre
interêt propre &c personnel. C’est Ie
sentiment de la plupart des Philo»
sophes modernes. J’ai tâché de met-
îre les deux preuves qu’îls en don»
nent , dans toute la force qu’elles
peuvent avoir. Mais, malgré tous
mes eiTorts, elles ont un foible quj-
loading ...