André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 268
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0276
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0276
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
i68 E s s a i

Fortifions ce rail'onnement par uiîë
autre considération, qui répandraun
nouveau jour sur la matiere que nous
traitons. C’est un axiome dans la
morale, que l’amour de l’honnête
est plus noble que l’amour du bien
déleftable par son objet, par sa fîn,
par ses motifs , par ses maximes ;
en un mot, par son désintérestement.
11 n’y a point d’esprit attentifà l’or-
dre naturel de nos idées, qui en
puisse disconvenir.

Je dis don.c , en second lieu , que
Famour de l’honnête , bien loind’ê-
tre, dans ses opérations , subordonné
à l’amour du biqn déleûable , en
doit être naturellement le diresteur
& le guide , le gouverneur , si j’ose
ainst parler , la regle & le flambeau,
pour le conduire à sa véritable ftn.
Quoi de plusmanifeste aux premiers
regards du bon sens ? Un amour de
loading ...