André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 275
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0283
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0283
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
's V R L E B EA V. 475’
inais il en faut acheter la possession
aux dépens desa vertu.Que doit-oa
saire alors ?

La maxime universellement reçuô
est que dans ces circonstances cri*
tiques , & pourtant si ordinaires j,
on doit sacrifier le bien déleûable
au bien honnête , le plaisir au cle-|
voir , la fortune à l’honneur, toute
la gloire du monde à la pureté de sa
conscience ; qu’il n’y a pas mcrae à
délibérer là-dessus , & que d’y ba-
lancer un seul moment, c’est avoir
déia prévariqué. Je ne crois pas
Messieurs, qu’il y ait dans i’Univers
un esprit assez corrompu pour me
contester ce principe de morale.'
Mais s’il est vrai , prenons y garde^
que nous ne pouvons ni rienaimer,
ni rien faire que par le seul motis
de quelque déleâation prévenante „
que deviendra cette belle maxime ?
loading ...