André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 277
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0285
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0285
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
S U R L E B EÀ U. 277
bien déleûable au bien honnête ,
comme l’ordonne la maxime ? Et
û , contre la signifîcation natu-
relle des termes , on veut appeller
sacrifice une astion où l’amour pro-
pre trouve plus agréablement son
compte que dans l’aftion contraire,
je demande où efi; le grand mérite
d’un tel sacrifice ? Et si l’on y sup-
pose quelque mérite , parce qu’en
effet il y en a toujours un peu à pré-
férer les plaislrs de la raison à ceux
des sens , je demande en quoi l’on
fajt çonsister le mérite de cette pré-
férence ? Est-ce à préférer les plai-
sirs de la raison , en tant qu’ils sont
raisonnables ; ou à les préférer en
tant qu’ils sont aftuellement les plus
vifs & ies pius forts ? Si on les pré-
fere en tant qu’ils sont raisonnables ,
bonnêtes, séants, vertueux ; en un
jnot, par la vûe de l’ordre, qui le
loading ...