André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 280
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0288
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0288
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
iSo E s s a î
de l’ordre qui les prescrit : rnais on n®
Ia sent plus : on reconnoit encore
ia justice de la loi éternelle ; mais
on ne goûte plus sa douceur : on est:
encore bien résolu de lui demeurer
soumis , mais par des raisons abs-
traites, qui se trouvent combattues
par mille raisons sensibles , dégoûts ,
ennuis , répugnances , persécutions
extérieures, désolations intérieures.
On sent, pour ainsi dire , crouler
au dedans & au dehors tous Ies
appuis ordinaires de la vertu. II
faut queiquefois , disoit un ancien
Philosophe , * suivre l'honnête au
travers de l’infamie, perdre la ré-
putation d’homme de bien pour
l’être effeftivement, souffrir Ies pri-
sons , les exils, tous les supplices des
criminels pour conserver son inno-
cence ; en un mot, faire son devoir

; Sen. Ep. 66,
loading ...