André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 281
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0289
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0289
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
S V R LE B EA V, 2.81
sans plaisîr, souvent même sansjoie
& sans goût. J’oserois presque dire
qu’il n’y a jamais eu de vertus so«
lides , qui n’aient passé quelquefois
par ces états d’épreuve. * Platon y
met son homme juste pour nous
faire voir jusqu’où doit aller dans
notre cœur l’amour de Ia justice
éternelie : ** Séneque y met son
sage pour lui donner un théâtre
digne de sa constance. Tous nos
Auteurs y mettent les Saints , com-
jne dans une espece de fournaise
Babylonique , pour achever de les
purifîer par le sacrifice total de leur
amour-propre.

Dira -1 - on que îa vertu ainsi
abandonnée par la délecfation du
devoir succombera nécessairement?
J’en appelle encore à l’expérience

* Platon , De Republ. I. z*

** Sen. De consiant. 'sapient*

Partie II. 4 a
loading ...