André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 288
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0296
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0296
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
ît88 Ë s s â î

Quaricl le plaifîr précede îa vuê
claire & distinfte des perfeftions de
l’objet qui nous frappe, je con-
viens qu’alors cet objet nous plaît,
parce qu’il nous fait plaisir,ou en
conséquence du plaisir dont il nous
a prévenu. C’est la maniere dont les
objets sensibles nous sollicitent à les
aimer. Us commencent par se faire
sentir avant que de se faire con,
noître. Comme il y auroit trop à per-
dre pour eux à subir l’examen de la
raison , iîs la préviennent, ils en of-
fusquent la lumiere par mille phan-
tomes séduisans , qui nous en ca-
chent les défauts. IIs entrent ainü
dans le cœur à la faveur des téné-
bres. Et delà vient sans doute le ban-
deau fatal que les Poëtes ont donné
à l’Amour. C’esl ce que nous accor-
dons sans peine au systême Epicurien,
Quand il arrive que le plaisir ne

precedq
loading ...