André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 290
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0298
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0298
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
290 E S S A I

suivre la vue claire & dissin£le des
perfedions de l’objet, il est évident,
qu’alors cet objet nous a plû avan£
que de nous faire plaisir. Notre el_
prit en a d’abord examiné les quali-
tés avantageuses ; notre cœur éclairé
par cet examen les a jugées dignes
de son amour. Notre amour, en con-
séquence de ce jugement, s’est dé-
terminé à suivre sa lumiere ; & en
la suivant, il est lui-même suivi d’un
sentiment de joie , de satisfaâion ,
de contentement : plaisir de résse-
xion, qui est la récompense natu-
relle d’un amour de raison. C’est
ainsi que les objets purement spiri-
tuels , Dieu, la Vérité , l’ordre , la
justice, la décence, la loi, & le
devoir , ont coutume d’agir sur no.
îre ame : tout au contraire des ob-
jets sensibles ; ils commencent pres-
que toujours par se faire connoître
loading ...