André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 297
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0305
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0305
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
S U R L E B EAU. 297
fksse avec elle au point de rencon-
tre, ou deux angles droits , ou deux
angles égaux à deux droits ; que la
mesure naturelle de ces deux an-
gles soit la demi- circonférence d’un
cercle décrit du point 011 ils se for-
ment, nous n’avons aucun intérêt
qui nous empêche d’en voir la dé-
monstration , ni de la reconnoître ;
notre orgtteil n’en est point humilié ;
notre inclination pour le plaisir n’en
est point traversée ; notre amour-
propre n’en a rien à craindre. Ces
sortes de véritês n’offrent à notre
esprit qu’une lumiere douce & tran-
quille , qui ne trouve dans notre
cœur aucune répugnance à les ad-
mettre. II n’en est pas de même des
vérités de morale. Qu’il y ait une
îoi éternelle qui nous impose des de-
voirs , un souverain Maître qui les
exige de nous avec empire , un or-
loading ...