André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 304
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0312
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0312
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
3°4 E s sa i
que nos quatre Vertus Cardinaîes
devoient plutôt paroître dans ce ta-
bleau un peu déconcertées de s’y
voir réduites à n’être , pour ainsi
dire , que les Damés d’honneur de
îa Volupté. Mais enfîn , c’étoit le
systême d’Epicure ; & si l’on veut
raisonner conséquemment, c’est en-
core celui des Phiiosophes qui met-
tent le plaisir ou l’intérêt à la tête de
tous nos amours. Car , de quelque
maniere qu’on s’exprime , il sera
toujours vrai de dire que la vertu
n’est point aimable par elle - même :
e’est ce que j’appelle sa dégradation.
Allons plus loin.

A quoi se réduit encore l’amitié
dans ce beau systême ? Car s’il est
vrai , il est évident que nous ne
pouvons aimer personne qu’autant
que nous y trouverons notre intérêt,
ou notre plaisir. C’est le principe du

systême ;
loading ...