André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 305
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0313
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0313
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
surleBeâu. 305
systême : d’oii il s’ensnit qne nous
compterons sans cesse avec nos amis ,
du moins au fond de notre cœur.
Noussupputerons avecsoin les émo-
lumens , les plaisirs, les services que
nous en pourrons tirer : nous aurons
toujours la plume à la main, pouir
calculer nos gains & nos pertes.
C’estainst, disoit autrefois Cicéron *
à un illustre Epicurien , que nous
aimons nos champs, nos vignes ,
nos herbages , nos troupeaux , les
bêtes qui nous servent ou qui nous
divertissent. Mais si nous n’avons pas
pour nos arnis un amour d’une autre
nature , que deviendront nos ami-
tiés ? Nos liaisons les plus solides ,
appréciées à leurjuste valeur , ne
seront plus qu’un petit trafic de sen«
timens , ou un vil commerce d’irr-
térêt. Sous le nom d’amis désinté^

* Cic. De natur. Dcor. U i»

Partk IL C q
loading ...