André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 308
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0316
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0316
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
308 E s s A î

tons comme un principe indubîta»
ble dans la Morale , que restera-t-iî
dans nos moeurs, de grand , de gé-
néreux, d’humain même, 'ou de vé-
ritablement sociable ? Que devien-
dra la sincérité dans le commerce
ordinaire de la vie, ü l’on ne dit Ia
vérité, qu’autant qu’on y trouvera
son compte ? Que deviendra la
bonne foi dans les affaires, û l’on ne
garde sa parole , qu’autant que son
intérêt le voudra permettre ? Je ne
demande pas , que deviendra la Re-
ligion , si le plailir en est la mesure ?
Gela ess: trop sérieux pour le dessein
que je me propose. Je me borne à
prouver la dégradation , où le systë-
me de l’amottr intéressé fait tomber
par son principe les trois inclinations
de l’ame les plus nécessaires dans lar
soci été ponr cimenter notre union :
la bbéralitéla reconnoissance , &
loading ...