André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 310
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0318
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0318
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
3 io E s s a t
nablement lui rien demander au de®
là? II n’y a que le plaisir qui la puisse
détermkierà répandre ses bienfaits.
L’amour de l’honnête , la considéra-
tion de l’humanité , le desir de répa-
rer par ses largefîes la distribution
inégale des biens de la fortune la
Ioi de l’equité naturelle sont par
eux-mêmes des motifs trop foibles
pour obtenir ses faveurs. C’est tou-
jours la maxime fondamentale du
systême. Or delà , Messieurs, quelles
conséquences par rapport à la so-
ciété ? Que par une révolution d’hu-
meurs , qui n’est que trop ordinaire
dans tous les hommes, le plaisir que
nous trouvions à faire du bien ,
vienne à cesser tout à-coup : que
l’objet le plus digne de nos dons par
son mérite , ou par ses besoins, ait
le malheur de nous déplaire , adieu
notre libéralité. PIus de bienfaits ,
loading ...