André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 312
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0320
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0320
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
3 ii £ s sa i

intéreïïe peut bien faire des avareSj
ou des prodigues ; mais jamais ce
qu’on appelleun homme libéral,qui
doit avoir des principes stables, fer-
mes, & indépendans d’un motif aussi
variable que le sentiment. Pour-
suivonsj

La ruine de la libéralité entraîne
celle de la reconnoifîance. On pro-
posa autrefois , dit - on , dans une
République de porter une loi contre
Ies ingrats. Seneque nous afîiire mê-
me que les Macédoniens en avoient
une, qui donnoit adlion contr’eux
à leurs bienfaideurs. La loi seroit
peut-être assez nécessaire en France.
Nous n’entendons que des plaintes
contre lesingrats. Je suppose qu’elle
y soit portée ; qu’il y ait dans toutes
les provinces un Tribunal établi
pour connoître du crime d’ingrati-
tude qu’il y ait une cause de bien-

faits
loading ...