André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 313
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0321
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0321
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
S V R LE B E A V. 315
saits sur le bureau ; les parties as-
signées pour être entendues. Voici
un systême qui doit bien rBodérer
les prétentions du Bienfai&eur , &
qui 'fournit à l’accusé un bon moyen
de défense. Vous m’avez fait du bien :
je 1 ’avoue. Mais après tout, & en
bonne philosophie, vous n’avez rien
sait pour moi dont vous n’ayez été
vous-même Ie premier objet. C’est
votre plaisir seul, qui vous y a dé-
terminé, comme le motif nécessaire
de toutes nos aûions. J’en appelle à
votre propre cœur. Ce plaisir, dont
je vous ai fourni la m3tiere, vous a
donc déja payé par avance une par-
tie de vos bienfaits. II est donc juste
que vous me fasslez d abord une
remise de cette partie d’obligations,
dont vous avez reçu le payement de
vos propres mains. Mais encore
pourquoi m’intenter sur l’autre un
Partie II, D d
loading ...