André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 315
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0323
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0323
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
s V R LE B EAV. 5 t 5
vons la loi de la nsture. Si vous m'a"
vez fait du bien avec plaisir, je l’ai
reçu avec plaisir ; & si le plaisir que
vous aviez à m’en faire est un bien--
fait, le plaisir que j’avois à le rece-
voir , efi: aussi une reconnoissance.
Me voilà donc encore de ce côté-là
parfaitement quitte à votre égard.
Ensin la cause ainsi plaidée , quelle
sera la sentence des Juges? & s’ils
sont comme les Plaideurs , dans le
syfiême de l’amour intéressé , ne doi-
vent-ils pas , fuivant leurs prmcipes,
mettre Ies parties hors de cour ô£
de procès. Mais,quoi qu’il leurplaise
d’en ordonner ; on vient de voir que
dans ce syfiême la reconnoissmce
perdra touiours sa cause , ou du
jnoins se verra réduite à n’êtrc plus
qu’une obligation de pure police.

Que dirons-nous de l’amour du
public ? II n’y a point de vertu qtti

Dd ij .
loading ...