André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 316
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0324
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0324
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
E s s a i

£bit plus nécessaire dans un Etat à
sa conservation s à son bonheur au»
dedans , & à sa gloire au dehors. On
en convient dans tous les systêmes.
II faut donc ou renoncer à vivre dans
un Etat, ou que chac'un des mem-
tres qui le composent , depuis le
Sceptre jusqu’à la houlette, soit dans
la constante résolution de sacrifier
tous ses intérêts à l’utilité publique.
La loi de l’ordre y est expresse. Un
membre se doit tout entier au ser-
vice dif corps, La partie ne se doit
compter pourrien quandil ess ques-
tion du tout. Un vrai citoyen doit
même vouloir le bien de l’Etat ,
non-seulement pour Ie temps de sa
vie lorsqu’il y participe, mais pour
îous les siecles qui suivront sa mort,
quand il ne pourra plus y avoir au-
cune part. C’est la maxime qui, pen-
dant les six premiers siécles de la
loading ...