André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 327
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0335
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0335
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
S V R L E B E A V. 3^7
«ntendons parler d’une maniere si
tligne de vos ancêtres , nous admi-
rons votre vertu. Mais , si vous êtes
bon Epicurien , vous devez rire au
fond du cœur de notre simplicité. Cù
est donc la bonne foi que vous ve-
nez de nous promettre ? Vous nous
parlez en Caton , 8c vous pensez en
Catilina. Etcomme nousavonsdeux
sortes d’habillemens, l’un pour le
Barreau, & l’autre pour la maison ;
vous avez aussi deux sortes de sen-
timens , ou plutôt, deux sortes de
langages ; l’un pour le public, 8c
l’autre pour le particulier ; l’un pour
la salle d’audience , 8c l’autre pour
le cabinet. Cela est-il bien conforme
à la droite raison ? Comment pouvez-
vous souffrir dans votre cœur des
sentimens qui n’oseroient sortir de
votre bouche dans un discours sé-
rieux? La vérité peut-elle se trouver
loading ...