André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 349
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0357
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0357
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
D ES MATIERES.

M.

34*

M,..... a n c a B ( le P. ) Voy;

Amour de Dieu.

Mdthématïques ( Ie*s ) sont une Sc'ence néceP
sàire , II. P. 170. Quelles lont lès parties
sênsiblcs , id. 171 & iliiv. Grands Maîtres
en Mathématiqiies & en Géométrie , ibid.
& suiv. L'ainour du Beau Mathématique
a produit depuis quelques siecles de nou-
velles découvertes , II. P. m & luiv. 114
& suiv. Pourquoi les vérités de Mathémati-
ques Ibnt plus façiles à persuader aux hom-'.
mes que celles de Morale, II. P. 2.95.

Matieres. Voy. Vérité.

Mersenne ( le P. ) I. P. 109.

Merveilles. Voy. Nature.

Mètamorphoje. Voy. Condition.

Minissres brouillons. V oy. Tyrans.

Modération. Pourquoi la modération est-elle
dans lemonde si généra.lement estimée, I. P,
98. & suiv.

Modes. Combiende beautés arbitraires dans les
Modes , 1.1’. 49. Quant aux habillemeps,
agrémens & couleurs , ibid. Sc suiv.

Modus. Ce qu’on entend par ce mot Latin,
II. P. 1. Voy. Maux. II faut garder Ie mo-
dus en tout, id. 3 & suiv. Le modus doic
entrer dans le Beau ; pourquoi, St, cpm-
ment, id. 4. & fuiv. Dans le Beau ,il y aun
tnodus à observer , id. 6 & suiv. En quel
sens il est vrai de dire que le Beau est (us-
septible du trop comme du trop peu, II. P.

\
loading ...