André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 353
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0361
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0361
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
DES MATIERES. 3*3
Viç , St il l’cntretient dans nos air.es par les
Cohcerts naturels de voix & d’instrumens
que i'a Providence nous fait entendre de
toutes parts, I. lJ. 169 Sc suiv. 171. Voy.
Arc-en ciel Si le goût de la Muiique est
commun , la vraie idée en est assez rare, id.
171 & luiv. Voy. Sons hirmoniques. La Mu-
Ikjue est une science mixte qui tient en mê-
me tems de la physîque & de la Mathéma-
tique , id. 178 & luiv. La Musique veut
plaire à l’oreille & à la raison, id. 180 &
aoi. Voy. Arisiides, Comma , Tons. Py-
thagore oblèrva scrupuleusement les regles
qu’il avoit trouvées de la Musique juste, id.
j 90. Aristoxene trouva la manieré de con-
cilier les disionances avec les consonances,
id. 191 & suiv Ptolomée a tâché de redti-
fier la Musicjue par de nouvelles regles, id.
192. & suiv. Voy. Hugens & Sauveur Ré-
ssexions sijr la fameuse querelle entre les
partiians de l’ancienne Musique & ceux de
la nouvelle ,1. P. 194 & suiv. Sur la Mu-
sique Françoise & Laliennc, id. 19 s & suiv.
Idée que les anciens Philosophes avoientde
la Muiique , id. 198. Idée d’une espece de
Philosophes modernes siir ie même sujet,
id. 199. II y a un Beau musical essentiei ab-
solu , & indépendant de toute institution,
mêmc divine , id. ici. Par quelle regle
peut-on en juger, id. 105 & siiiv. II y a un
Beau musical naturel dépendant de i’institu-
tion du Créateur, mais indépendant de nos
Parùcll, G g
loading ...