André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 365
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0373
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0373
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
D E S MATÎERES, 3<s' y
tc îùiv. Nos vertus dégénerent souvent erî
Tices par les excès où elles se portent, id,
n. Exemples , ibid. & suiv. Pourquoi la
vertu nous plaît, II P. 193 Sc suiv. Voy.
hlonnête , Nation , Folonté.

Vertus. Combien de vertus nécessaires dont le
coucours embarrasse par mille apparences
d’incompatibilité , II. P. 50 & suiv. Exêm-
ples, id. ; 1 & suiv. Dans un combat apparent
de vertus comre vertns, comment faire pour
rencontrer le vrai point du rnodus y id. çi
Vov. Pilote.'II faut être en garde contre
certaines vertus présomptueuses , id. ; 5 5
obliger toufes ies vertus à sè céder mutuel-
lement queltjue chofe en faveur de la paix,
id 5 • ; & bien eonnoîtrè la nature de toutes
lesvertus néeessiires dans la société, &c. id,
Î7

Vertus cardinales. Le Philosophe Cléanthes
représ'ntoit , dans un Tableau , leS quatre
Vertus cardin.ales comme les Dnmes d'hon-
neur de la Voluptë . II. P. 30 & suiv.

Vie myfliquê. Ouvrage de M. de FeneJon, siiî
la vie myst:que , II. P. 154.

Violet. Voy. Couleurs.

virgile Voy. Esprit.

Unisson. Ce que c’cst, en termes de Mufîquej
I. P. 178.

Unité. Pourquoi il n’y a point de vraie unité
dans les corps, I. P. 17. II y a au-dessus de
nos esprits une unité originale , éternelle 8c
jparfaite, id. 18. C’est l’unité qui constitue Ia
loading ...