André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 2) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055B]

Seite: 366
DOI Seite: 10.11588/diglit.28207#0374
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd2/0374
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
%c, è T A B L- E

forme & l’essence du Beau ,id. 19. C’est l’a*5
nicé, dit S. Auguliin , qui est la vraie formc
du Beau en tout genre de beauté , I. P. 91,
Voy. Homme. L’unité est la forme essentielle
du Beau en tbut genre de beauté ,1 P. 15 s,
Voy. ELoquence. Troisieme espeGe d’unicd
très-essentielle à la beauté d’une Piéce d’eC-
prit, id. 151. Traits rassemblés de cetteuni-
té, t(î5. En tôut genre de productions , soic
de la Nature , soit de l’Art , c’est tou durs
l’unité qui constitue ia forme du vrai Beau 5
1- P- 153 & suiv.

Unitè de bienséance. Qui sont les Auteurs qui
obfervent exastcment aujourd’bui cette unité
de bienséance , I. P. 161. Le nombre en est
pètit, id. 153 & iuiv.

Voix. Organes qui concourent eniêmble pour
former ia voix, I. P. 113 & suiv. L’inftru-
ment dont le ton sympatise le plus avec nos
disposnions intérieures, c?est la voix humai-.
ne , z 16 & iùiv.

Volontc. Svstême de Platon sur la nature de la
volonté ,11. P. 179. Notre volonté renfermc
de iâ nature l’amour de ia Bc.ititude , & l’a-
mour du Bien qu’on appeile Honnête, Ver-
ru , Ordre , ou Beau dans les moeurs, .1. P.
1-54. Preuves,.ii. Sc suiv. 284.

Volupié ( ia ) est piutôt une soürce de maüx
que le (ouverain bien de l’homme , II P.
171. Séneque réleve les absttrdités des Épi-
curiens sur ce sujet, id. 171 & siiiv. LeThi-
loibphe Cleanthes représentoit la Voluptd
loading ...