Androuet DuCerceau, Jacques
Livre D'Architectvre de Iaques Androuet, du Cerceau: Avqvel Sont Contenves Diverses Ordonnances De Plants Et éléuations de bastiments pour Seigneurs, Gentilshommes, & autres qui voudront bastir aux champs ... — Paris, 1615

Seite: 4r
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/androuet1615/0007
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
Pour les champs. 4

poulces de long ] quatre poulccs de large, & deux poulces d'epesseur, il faut vingt &
deux bricques & dcmic,comprins le mortier,reuenât la toise à nuit cens dix bricques.

Pour vnc autre muraille de bricque de huit poulccs d'épesTeur,estât la bricque de la
longueur, largcur,&épesscur que dessus/aut quinze bricques au pied, qui estpourla
toile cinq cens quarante bricqucs,comprins les ioings.

Si vous voulez faire vne muraille de grosseépesseu^toute de bricque, vous rédui-
rez icellc auprorata,&àlaraisonquedcssusestdit.

Pour faire le paué des salles, chambres, &garderobbcs, de quarreaux de quatre
poulces en quarré, faut neuf quarreaux pour le pied, & trois cens vingt & quatre
pour la toise.

La tuile n'est par-tout dcmesmc longueur & largeur, mais la plus ordinaire aneuf
poulces & demy de long, & six poulces de large : le millier d'icelle fera trois toises de ,
couucrture, & celle du grand qualibre de Paris fera cinq toises.

Pour employer & fournir vn millier de tuile ordinaire, faut vn cent & demy de
latte quarree, mais quand la tuile est grande, il y entre moins de latte à la toise, par ce
qu'il ne faut latter si prés à prés qu'à la tuile ordinaire.

A chacune latte quarrce,faut cinq doux pour le moins.

Le millier d'ardoise d* Angcrs,fait quatre toises & demie de couucrture.

Au millier d'ardoise, faut vn cent & demy de latte volisse.

A chacune latte voMe,faut dix doux pour l'estroitte, mais la latte estant large, y
en faut quinze.

Au millier d'ardoise,faut de dix à douze toiles de contre-latte.

A chacune ardoise, faut deux doux, & quelquefois trois.

L'ardoise de Mesicres n est pas si large, ne si belle que celle d'Angers, mais elle est
plus épesse, & en faut dauantage pour la toise.

Les déclarations contenues cy dcsTus, seruent pour instruire ceux qui n'ont pas
cognohTancc de telles matières, pour iuger combien,& quelle quantité il en faut
pour le bastiment qu'ils veulent faire : Mais par les aduertissements contenus cy deC-
sus,lcur sera facile &aisé de compter surlcsdesTeings &portraic1:s à peu prés,lade£-
pense qu'il conuiendta faire pour les matières necenaires.

Auant qu'entrer en despcnse pour bastir, est tres-necessaire de dresTer &arrester le
plan& desseingdc l'édifice, pour en tendre lescommoditez du dedans, tant du pre-
mier,qu'autres estages de deûus,ausfi la lymmetric parle dehors, afin que le bastimét
estant parfait, le maistre & Seigneur d'iccluy riait regret à la despense par Iuy faite:
parce que souuent est aduenu,quc pour n'auoir obseruc les symmetrics, mesurcs,
veiies, & ordonnances necesiaires,au lieu d'en receuoir contentement, on eust vou-
lu le bastiment estre par terre.

Or ayant bien &meurementarrestélc plan &desTeing, il sera facile de mcsurer&
toiser toute la maçonnerie dubastiment,& sijauoir le nombre des toises, & à com-
bien enreuicndra!atoise,pour la pierre de taille, moillon, chaux, bricque, & autres
matieres,aucc la façon, compris les enduits, & le prix de la toise arresté, sera aisé de
cognoistre les nombres des toises du total de la maçonnerie : Et si les croisees, portes,
lucarnes ne sont cornprises à la mesmc raison de la toise, en ferez ma*ehé separé, sui-
uant lequel iugerez la despensc à part, & après adiousterez letoutensemblément.

Pour le regard des cheminees,on en fait aussi coustumicrement marché à part, sé-
lon les ordonnances &cnrichhTcments d'icelles: car aucuns en veulent auoir de ri-
ches,autrcssc contentent d'vnc besongne plaine, ne considerant que les manteaux,
saillies, iambages, languettes, thuyaux, & leurs hauteurs : mais quant aux enri-
chissements qu'on veut y estre faits, cela passè la cognoissanec de ceux quilcscom-
mandent,voire bicsrsouucnt de ceux qui l'entreprennent : Et est besoin considerer le
tout par le menu,, afin que ecluy qui met la main a la bourse, & l'autre qui est entre-
loading ...