Androuet DuCerceau, Jacques
Les plus excellents bastiments de France (Band 1): Monographie — Paris, 1868

Seite: 7
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/androuet1868/0007
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LE CHASTEAV DV LOVVRE.

hs desteings sigurent & representent le Chasteau Royal du
Louure, renommé par toute l'Europe, auquel les Roys de
France ont de tout temps fait leur principale demeure, estans
en leur ville de Paris, capitale de ce Royaume. 11 eu: assïs
ioignant les murailles de la ville, du costé d'Occident : au
long duquel paile la riuiere de Seine : & seruoit anciennement
plustost de fortereiîe, que de logis Royal. Au milieu de la court y auoit
autrefois vue grosse tour ronde, pareille à celle qui est en la conciergerie
du Palais de laditte ville, destinée entre autres choses pour mettre &
serrer les deniers & sinances du Roy. Mais d'autant qu'elle occupoit partie
d'icelle court, & oifusquoit l'intérieur du logis, par le commandement
du feu Roy François premier, elle fut démolie &. rasee : & peu après com-
mencé le bafliment de la face, où de present sont les grandes salles du
premier & deuxiesme estage, regardant la porte & entrée : au coing duquel
est le grand escallier, seruant de passage pour aller aux offices de cuisine hors
le Chasteau. Celle face de maçonnerie est tellement enrichie de colomnes,
frises, architraues, & toute sorte d'Architecture, auec symmetrie & beauté si
excellente, qu'à peine en toute l'Europe ne se trouuera sa séconde. A l'autre
bout, du costé de la riuiere, y a un sort grand pauillon, merueilleusement beau
& commode pour le logis de sa Maiesté. Le tout commencé, ainsi que i'ay dit,
du viuant du feu Roy François, & oaracheué par le Roy Henry son fils, soubs
l'ordonnance & conduite du seigneur de Clagny. Ce que le Roy Henry se
trouuant grandement satisfait de la veuë d'vne œiiure si parfaiéle, délibéra la
faire continuer es trois autres collez, pour rendre celle court nompareille. Et
ainsi par son commandement fut commencé l'autre corps de basliment depuis
le susdît Pauillon, tirant le long de la riuiere : lequel a elle poursuiuy par les
jRoys François sécond, & Charles neufïesme, dernier decedé, ses enfans, ou
plustost par la Royne leur mère, iusques à l'endroit, où sera assis vn autre
escallier, pour seruir audit corps de logis. Dauantage ont elle par ladite dame
en commencez quelques accroiiîemen.s de galieries & terraces, du collé du
Pauillon, pour aller de là au Palais qu'elle a fait conilruire & édisier au lieu
appelé les Tuilleries. Quant au vieil édisice, il est demeuré en ce qui relie,
en son entier iusques à present. Duquel toutefois ie n'ay fait aucun plan icy,
pour l'esperance que i'ay, qu'auec le temps l'œuure nouueau se paracheuera.
Me contentant d'auoir representé celuy des susdits premier & sécond estages
neuss, auec les dessins & eleuations de ce qui est debout, &. de certaines
pièces les plus remarquables, comme le Tribunal & autres.
loading ...