Androuet DuCerceau, Jacques
Les plus excellents bastiments de France (Band 1): Monographie — Paris, 1868

Seite: 67
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/androuet1868/0067
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LE CHASTEAV DE COUSSY

o ovssy est vn Chasteau eu Picardie, assis sur vn lieu hault elleué.

jaSHà loignant iceluy est la ville. Ce lieu sut basty par vn Seigneur du

««5™*} lieu, nommé Enguerrant de Cousty. Depuis il eil aduenu aux Roys

> de France, qui le tiennent encores pour le iourd'huy. Il est tout de
pierre de quartier: toutefois (auuagement drclie, pour le regard de la court,
comme apparoist par ie plan. Quant aux choies remarquables & dignes d'estre
veuës, il y a premièrement la grand salle, longue de trente toises, & sept &
demie de large, comprins le Tribunal, auquel sont les ligures des neus Prends.
Soignant icelle s'en trouue vn autre, de dix toises & demie sur cinq & demie
de large : à la cheminée de laquelle sont les neuf Preuses : & toutes les
susdites sigures, tant de I'vne que l'autre salle, rondes, faites sélon le temps
modernement. En la grand' salle Ion voit encore vne Chapelle d'aisez belle
ordonnance. Aux quatre coings du Chasteau y a quatre tours, chacune desquelles
a dix toiles de diamettre, comprins la muraille. Dans la court se voit vne autre
tour, mais beaucoup plus groste, ayant quinze toiles de diamettre, qui font
quarante cinq de circuit, sur la haulteur de vingt, sans l'exaucement des arcs :
& est tellement admirable au regard des autres, que combien qu'elles soyent
de bonne groiseur, si vous les contemplez contre celle cy, elles ne semblent que
suseaux. La place de dedans icelle a huic~l toises de diamettre vuide : & les
sept toises de reste sont les murailles, qui ont trois toises & demie d'espesleur.
En celle tour y a trois estages voultez, & au delsus est la terrace couuerte de
plomb. Le premier est garni de puits, moulin, cheminée, four, & de tout ce
qui est neceslaire pour vn fort. Les eleuations desdits trois estages sont beaux,
comme pouuez penser par la mesure. Près de l'entrée est vne pierre soustenue
de trois sigures de Lyons, & sur icelle vne autre sigure de Lyon. En la place,
& deuant ladite sigure, se paye certain tribut par les voilins du lieu, Içauoir
est, qu'ils sont tenus enuoyer tous les ans vn Rultique, ayant en la main vn
fouet, pour sonner d'iceluy trois coups : auec ce vne hotte pleine de tartres &.
galleaux, qu'il sault qu'il diltribue aux Seigneurs de là. Touchant la raison de
telles cérémonies, on ne la rend autre, à ce que i'en ay peu entendre, linon
que ledit Seigneur Enguerrant vn iour aduerti d'aller veoir vn Lyon, qui
molestoit quelques liens voisins, pour y mettre ordre, il ne fut pas plustost
arriué sur le lieu, que les rustiques & villageois le luy moiistrercnt. Et ainli
le voyant de si près, Vous me l'auez (dist-il) de près monstré : & le desteit ausîi
tort. A celle occalïoii il ordonna vue Abbaye en ce lieu, que pour le iourd'huy
on appelle encores Premonstré. En tesmoignage de ce que dit est, à l'entrée
de la susdite grolse tour au delsus de l'huis, est vne sigure armée tenant
l'espee auec le Lyon, comme mesmes ie le vous ay dépeint. Quant aux
commodité/, du bastiment, il n'y en a pas beaucoup, excepté vn corps de logis
près l'entrée, que le Roy François premier sett faire. Ce que tout se pèult veoir
par le plan icy designé. A l'entour de la montaigne (sur laquelle le Chasteau etl
alîis) sont plantées vignes, d'où procèdent les bons vins, qu'on appelle de
Coulsy. Le lieu, à cause de son eleuation, a vn beau regard. Deuant qu'entrer
au logis, il sault parler par la balsecourt, qui est sermée, tant de murailles que
de tours : à l'entrée de laquelle se voyent aulii quelques ruines. La ville est
petite, toutesois nette, Aux enuirons en certains endroits se trouuentdes bois.
loading ...