Annales de la regénération politique de la monarchie Françoise: ou: recueil abrégé de ecrits & faits les plus remarquables, concernant l'Assemblée Nationale de la France — 1.1789 [VD18 90309952]

Seite: 10
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annales_monarchie_francoise1789/0014
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
Premier-Ministre fît céder toute influence du Peu-
ple dans le gouvernement. Depuis cette époque
la Cour commença d'opposer aux droits de la Na-
tion le principe : que le Roy ne tient sa couronne,
que de Dieu, qu'on n'avoit établi que pour anéan-
tir les prétentions des Pontifs Pvomains. Depuis
cette Epoque ausïï les Lettres de cachet & les châ-
timents clandestins furent mis en usage & ces
atrocités furent poussés au plus hauc degré.

Les voix font trop partagées sur le règne de
ï ouis XIV. pour qu'il nous soit permis de pronon-
cer. Les uns, éblouis par l'éclat des victoires que
les généraux de ce Roy remportèrent , des Con-
quêtes qu'il fît , de la magnificence qui régna à sa
cour & enfin de la protection qu' Il accorda aux
arrs & seiences & à ceux qui les cultivoient , le
prônent comme Je non fins ultra de la gloire des
Roys • D'autres le blâment sans ménagement & le
décrient comme la source de la plupart des maux
dont la France gémit encore. Comme Pexamen
de ces opinions nous paroit neceisaire pour l'intel-
ligence des matières dont nous allons traiter, nous
transerirons quelques passages de deux Ecrivains

dignes

Il n'est pas indiffèrent de remarquer que St.
Louis établit le premier ce principe en 1266. dans
un Edit fait pour sauver les droits de la Couronne
& de l'Eglise Gallicane contre les prétentions .^e
là Cour de Rome., v. le Droit Ecîesiastique par
-M. Real.
loading ...