Annales de la regénération politique de la monarchie Françoise: ou: recueil abrégé de ecrits & faits les plus remarquables, concernant l'Assemblée Nationale de la France — 1.1789 [VD18 90309952]

Seite: XXI
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annales_monarchie_francoise1789/0077
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
ses pour ia même année, il n'avoir, porté le déficit
annuel qu'a 27, 300,00b livres, mais il est reconnu
& prouvé par le compte essectif de cette même an-
née , qu'en réalité il étoit alors de 40,200,000
livres.

Cette différence confirme ce que j'ai dj#*de la
difficulté de ■former une balance exacte des recettes
<& dépendes ordinaires.

Les Finances é-toient donc encore dan* un grand
dérangement, lorsque Sa Majesté est montée sur le
Trône. Elles réitèrent à-peu près au même état
^usqu'en 1776, époque à laquelle le déficit fut esti-
mé être de 37 mi liions par celui même qui peu de
tems après fût chargé de la direction des Finances.

Entre cette époque & ceiie du mois de Mai
I-gl, le rétabliiTement de la Marine & les besoins
de la guerre firent emprunter 440 millions.

ïl est évident que le produit de toutes refor-
mes, de toutes les bonifications qui ont été saites
dans cet intervalle, queîqu'évaluation qu'on puisse
leur donner, n'a pu compenser, à beaucoup près ,
l'augmentation de dépense qui a resaite nécesskir'é-
ment de l'intérêt de ces emprunts, qu'il faut tou-
jours compter sur le pied de neuf à dix pour cent*',
soit comme viagers , toit en égard aux rejnbôusse-
mens, & qui par eonseqiiént s'ést élève à (Vîus de
40 millions par an. T.e désicit s'est a^tttfjtétrû, &
les comptes effectifs le prôuverît.

b 3 tt
loading ...