Annales de la regénération politique de la monarchie Françoise: ou: recueil abrégé de ecrits & faits les plus remarquables, concernant l'Assemblée Nationale de la France — 1.1789 [VD18 90309952]

Seite: LXXV
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annales_monarchie_francoise1789/0131
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
— LXXV

dres délibèrent quelquefois en commun, il cst con-
nu , par expérience qu'aux memens où le Tiers-
Etat se sent intimidé par l'opinion de ceux qu'il est
dans l'habitude de relbecter, il demande à se reti-
rer dai s >a Chambre , & c'eii en s'isolanr ainit
qu'il reprend du courage & retrouve ses forces.

Le titre des Lettres de convocation de 1614
des -précédentes A{)emblées nationales eft contraire à
la demande du Tiers - Etat ; mais les saits y font
savorables , puisqu'en réalité le nombre des Dépu-
tés de cette clalse de citoyens a toujours passé ia
troisitme partie du nombre général des Députés.

Au commencement du quatorzième sîècle, Phi.
lippe-le-Bel, guidé par une vue simplement poli*
tique, a pu introduire le Tiers-Etat dans les As-
semblées nationales; Votre Majesté , à Ta fin du
dix-huitième , déterminée seulement par un senti-
ment d'équité, n'auroit-Elle pas le droit de satis-
faire au vœu général des Communes de son Ro-
yaume , en leur accordant uii petit nombre de Re-
présentans de plus qu'elles n'ont eu à la dernière
tenue, époque loin de nous de près de deux fîècles?

Cet intervalle a rapporté de -grands changement
h toutes chofes. Les richejses viobiliaires & les em-
prunts du Gouvernement ont asjocié le Tiers-Et*
à la sortune publique ; les conuoissances & les lu,
mitres font devenues un patrimoine commun ; les pré-,
jugés fe font ajjoiblis, un fentiment d'équité générale
a été noblement foutenu par les perfounes qui avoiens

h
loading ...