Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 1.1853

Seite: 14
DOI Artikel: 10.11588/diglit.13589.3
DOI Seite: 10.11588/diglit.13589#0018
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1853/0018
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 14 —

romaines des derniers temps de l'Empire, la Numidie et la
Mauritanie Sitiflemie. Tout ce qu'on peut apercevoir à travers
l'obscurité des documents anciens, sur l'histoire primitive de
cet étrange pays, c'est qu'au moment de la conquête romaine
deux races principales se le partageaient, les Lybiens, qu'on
peut regarder comme autochthones, et les Phéniciens, peuple
venu d'Asie. Cette hypothèse semble aujourd'hui se confirmer
par l'étude des races qui habitent actuellement la contrée. On
sait que la langue phénicienne est dérivée du chaldaïque,
comme l'hébreu et l'arabe avec lesquels elle a les affinités les
plus marquées. Or la langue Berbère, qui se parle dans les
principaux massifs montagneux et jusque dans les profon-
deurs du Sahara, n'a aucun rapport avec l'idiome arabe, ni
par conséquent avec le phénicien. D'un autre côté'!, les fouilles
qui s'exécutent dans la province de Constantine, commencent
à mettre à nu un assez grand nombre d'inscriptions tumu-
ïaires en caractères tout à fait différents de ceux qu'em-
ployaient les Phéniciens.

Si nous voulions remonter plus haut dans la nuit des temps,
nous dirions que l'Afrique présente aussi quelques-uns de ces
monuments grossiers que les archéologues modernes attribue!;!
à un peuple antérieur aux époques historiques; non pas que
nous considérions comme tels tous ces prétendus dolmen que
des personnes peu familiarisées avec ce genre d'antiquités ont
cru voir sur quelques points très-avancés dans l'intérieur dé-
terres, et qui ne sont en réalité que des pierres arrachées à des
constructions romaines, mais parce que l'existence de véritables
dolmen portant tous ha caractères de ceux du littoral armo-
ricain, ne saurait être contestée dans le pâté montagneux qui
avoisine le golfe de Numidie.

La province de Constantine offre donc aux investigations
des savants de grands problèmes d'histoire pour la solution
desquels nous serons heureux de leur fournir des matériaux,

Après les considérations générales, air. quelles nous
regrettons de ne pouvoir donner plus de développement, il ne
sera pas inutile d'entrer dans quelques détails de localité, qui
serviront à démontrer combien il est regrettable que les amis
de la swence nTehèoiop'ique. n'aient pas songé plus tôt à unir
leurs efforts pour sauver de la destruction les richesses dis-
persées sur le soi, et combien cependant il en reste encore de
précieux à recueillir.
loading ...