Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 1.1853

Seite: 16
DOI Artikel: 10.11588/diglit.13589.3
DOI Seite: 10.11588/diglit.13589#0020
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1853/0020
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
Sigm, première station au Sud en partant de Cirîa, est un
de ces endroits où l'on s'est complu en quelque sorte à détruire
ce qu'on y a rencontré de monuments anciens. Mais, à cela
près des ruines d'un temple qui ont été exploitées comme
carrière, dans l'intérêt des constructions d'un bordj voisin, c'est
encore une mine vierge pour les recherches archéologiques.

Les environs de Constantine présentent encore les vestiges
d'une foule de villes, de bourgades et de postes romains, à
peu près inexplorés, mais auxquels il serait trop long de nous
arrêter. Nous laisserons aussi toute la longue série des ruines
du Sud-Est, parmi lesquelles il reste à lixer la position de
plusieurs stations, telles que Thigis, Tltencbreste, Cente-
narmm, Rubrœ, etc., nous sauterons jusqu'à l'extrémité du
territoire de Constantine, et nous arriverons à Tebessa, l'an-
tique Theveslc, qui fut la capitale du district annexé à la
province de Numidie. Là, ce ne sont pas seulement des ruines
que nous avons à étudier, ce sont des monuments encore
debout, entre autres le bel arc de triomphe dédié à Septime-
Sévère et le sanctuaire du temple de Minerve. Sous un
immense amas de ruines, s'étend, à quatre mètres de profon-
deur, la remarquable mosaïque d'une église chrétienne.
L'enceinte de la ville n'est qu'un monceau de pierres ro-
maines, qui cà et là percent la masse des masures arabes,
sous la forme de pilastres, de colonnes et d'arcades. D'autres
édifices en ruines jonchent la campagne environnante. Déjà
des recherches ont été exécutées et des résultats précieux
obtenus dans cette localité : mais il y reste d'immenses décou-
vertes à faire. Tous les moyens comme aussi toute l'influence
de notre Société devront être mis en œuvre pour prévenir le
gaspillage d'un trésor aussi précieux.

Les principales villes romaines comprises dans la circons-
cription militaire de Bône sont Hippo-Regins. Calama,
Tagasle, Thacora, Madaurus et Tipasu. Nous passerons
sous silence les autres ruines peu importantes ou peu connues.

Bône, que les arabes appellent Bouna et Ànnâba, n'occupe
pas l'emplacement A'Hippo-Regiïis, où aucune construction
française n'a été entreprise malgré sa proximité du port. C'est
ce qui explique pourquoi elle est si pauvre en fait d'anti-
quités. On n'y a rien trouvé qui mérite d'être mentionné
ici.

On a été plus heureux à Calama, la Guehna française. Si
loading ...