Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 1.1853

Seite: 17
DOI Artikel: 10.11588/diglit.13589.3
DOI Seite: 10.11588/diglit.13589#0021
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1853/0021
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 17 —

cette ville n'avait pas été rebâtie de nos jours par des cons-
tructeurs pleins de dédain pour les objets d'art et pour les
reliques du temps passé, elle pourrait être en possession d'un
musée intéressant. Une vingtaine de statues, tombeaux, autels
avec bas-reliefs et inscriptions, etc., qui ont été ramassés par le
génie militaire, attendent qu'on veuille bien les abriter. Cette
collection est susceptible de devenir fort riche au moyen des
nombreuses ruines qui entourent Gueima, telles que celles
d'Aquœ ThibUiianae, de Sulhul et surtout à'Àiwuna, où ^
la colonisation aura un nom romain à restituer à la géographie
et de véritables richesses archéologiques à protéger.

On place ordinairement 1hagtisle, où naquit St-Âugustin,
à Snuk-er-Rass, nouvel établissement français près de la rive
gauche de la Medjerda (Bagradas) ; et cette supposition est
basée sur un fragment de pierre portant un nom fruste ana

logue à celui de Thagaste. Récemment encore on a relevé sur

le même terrain une deuxième inscription mentionnant
l'ethnique Thagasius, qui sans être précisément un dérivé
exact du mot Tlmfjasie, s'en rapproche assez pour faire croire
à l'identité du lieu. La patrie du célèbre évêque vaut bien la
peine qu'on étudie soigneusement cette question.

Madutirus, patrie d'Apulée, et dans laquelle avait étudié
St-Augustin, se retrouve, d'une manière incontestable, dans
Mdaourovche Cette localité fournit déjà un bon nombre
d'inscriptions, les unes encastrées dans des pans de murs
encore debout, les autres gisantes à la surface du sol.

Tipasa n'est autre que Tifaiche, ville située vers les
sources de la Seybonse ((ji'Us). Mais l'antique Tifaiche n'a
plus à montrer qu'un fort byzantin, posé comme une vedette,
à l'entrée du court défilé qui mène à la vallée de la Medjerda
et aboutit à une ville dont les ruines bien conservées ont une
toute autre importance. Qu'est-ce donc que cette grande cité
romaine dont le nom arabe Khemiça ne nous dit rien à
l'esprit? Ne serait-ce point Tipasa elle-même, comme l'a
supposé M. Karth, capitaine du génie, auquel nous devons
une remarquable topographie de cette région ; et ne faudrait-il
pas voir simplement dans Tifaiche une bourgade numide qui
formait i'avant-poste de Tipasa contre les gens des hauts
plateaux? Ou bien Khemiça serait-elle le Tubursicum Numi-
dorum, près duquel le Bagradas prenait naissance au dire du
géographe Honorius? Voilà un intéressant problème à résoudre.

9!
loading ...