Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 1.1853

Seite: 19
DOI Artikel: 10.11588/diglit.13589.3
DOI Seite: 10.11588/diglit.13589#0023
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1853/0023
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— n —

Les résultats acquis consistent en :

300 objets d'art, statues, morceaux d'architecture, eippes,
etc., rassemblés dans le Pretorium;

Plusieurs mosaïques entourées et abritées ;

109 pierres épigraphiques encastrées dans les murs des
bâtiments nouveaux ;

2,000 inscriptions recueillies à La m base et aux environs,
savoir : Markouna(Verecunda)% Zena (Diana-Velevanorum),
Tobna (Tiibuna), etc., etc.

Nous terminerons cette esquisse par la subdivision de Sétif,
moins riche en souvenirs antiques, et d'ailleurs moins explorée
que celle de Jjatna.

Sétif, bâtie sur les ruines de l'ancienne capitale de la
Mauritanie Sitifiënne, montre avec orgueil une collection de
J 43 monuments de toute espèce, qui font l'ornement d'une
promenade publique, mais que malheureusement n'épargnent
pas les injures de l'air. Peu de jours s'y passent sans que le
labeur incessant de notre création n'arrache du sein de la
terre quelques reliques du passé. Récemment encore on a eu
le bonheur de rencontrer l'épitapîie d'un saint évêque, le
contemporain et i'ami de St-Auguslin ; près de là se trouvait
un autel à Mars, génie de cette colonie fondée par des
vétérans.

Après Sétif, la plus importante ville de cette région de la
Mauritanie, était Luiculmn, aujourd'hui Bjemila, dont le bel
arc de triomphe avait été jugé digne, par un prince, d'être
transporté dans la capitale du monde civilisé. On lit à Dje-
înila de nombreuses inscriptions, mais aucune fouille impor-
tante n'y a encore été faite. ^

Tels sont, en abrégé, dans leurs résultats acquis ou promis
à la science, les principaux filons de la mine archéologique
que nous ont légué nos devanciers dans cette partie du
monde. Qu'on se figure sur une étendue supérieure au quart
de la France ces vieilles cités africaines avec la foule des
centres secondaires de population, tombés en ruines sur le sol,
mais sans autres injures que celles du temps, et l'on aura une
idée du vaste trésor de science sur le quel notre Société prend
pour tâche de porter ses investigations ou d'exercer son action
conservatrice. Puisse-t-elle persévérer dans cette louable entre-
prise et y obtenir un succès égal à l'importance de son objet.
loading ...