Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 1.1853

Seite: 21
DOI Artikel: 10.11588/diglit.13589.4
DOI Seite: 10.11588/diglit.13589#0025
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1853/0025
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 21 —

oubliées des anciens géographes et des anciens historiens. Ces
découvertes seront évidemment suivies de beaucoup d'autres ;
il existe, en effet, une foule de ruines soit de villes, soit
de bourgades dont l'ancien nom est encore à déterminer.

Je ne doute pas que si chacun de nous fournissait les ren-
seignements de cette nature qu'il possède, la Société ne réunit
une masse de faits beaucoup plus grande que dans tout ce qui
a été publié jusqu'à ce jouir, et ne jetât une grande lumière
sur la géographie ancienne du pays.

Convaincu de l'intérêt et de l'utilité de semblables publi-
cations , je prends aujourd'hui l'initiative en offrant à la Société
une note sur les vestiges de l'occupation romaine dans le cercle
de Philippeville. J'espère que mes collègues voudront bien en
rectifier les erreurs et en compléter les lacunes ; j'espère surtout
qu'ils voudront bien en publier de semblables en recueillant
leurs souvenirs : C'est surtout un appel que j'entends leur -
faire dans l'intérêt de notre Société et de l'archéologie.

Le cercle de Philippeville occupe un massif montagneux,
dernière ramification des montagnes de la Kabylie, qui vient
aboutir à la plaine des Sonendja et du lac Fetzara, et dont les
sommets s'élèvent de plus en plus vers le Sud jusqu'à ce
qu'on atteigne les crêtes déterminées parleSgao, le Dj. Ouaoh
et le M ta va. Trois vallées principales portent à la mer les eaux
de ce massif : ce sont l'O. Guebli, le Safsaf etl'O. Radjeta ou
Fendek. Les parties voisines de la côte n'offrent, les vallées
exceptées, que des dunes de sable ou des montagnes abruptes
et stériles, couvertes de forêts de chênes-liéges. Les vallées im-
portantes sont belles et fertiles, et les montagnes de la partie
méridionale présentent des eaux plus abondantes et de nom-
breuses plantations d'oliviers. Il suit de cette topographie de la
contrée qu'à part les ports de la côte, la population a dû
occuper de préférence les vallées et les montagnes méridionales.
Tout ce que j'ai vu confirme cette opinion.

Les villes romaines de la côte sont, en allant de l'Ouest à
l'Est, Collo, l'ancienne Minervia Chullu, Stora, dont le nom
latin resté inconnu pourrait bien être lé nom actuel, Philip-
peville (Veneria Rusicada ou Rusicade), les Gùerbès, au-delà
du Filfila (Paratiana? des tables de Peutinger ?).

7*,;
loading ...