Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 1.1853

Seite: 28
DOI Artikel: 10.11588/diglit.13589.4
DOI Seite: 10.11588/diglit.13589#0032
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1853/0032
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
Le théâtre romain (désigné sons le nom du Cirque) semble
marquer une extrémité, de ce quartier, et les arènes étaient
certainement tout-à-fait en dehors de la ville : En effet les
fouilles exécutées entre ces monuments et les quartiers que je
viens de signaler n'ont fait reconnaître que des tombes ou
quelques maisons isolées. Telles sont celles auxquelles ont dû
appartenir les fondations de la citerne qu'on voit encore auprès
du quartier de cavalerie.

Rusicade a dû tirer dans son origine ses eaux du Beni-
Melek ; et les citernes ruinées qu'on voit sur le Bouyala près
de l'enceinte ont dû précéder la construction des citernes mo-
numentales utilisées aujourd'hui pour l'alimentation de Phi-
lippeviîle. Quand la population et les richesses de la ville
eurent augmenté, les eaux du Beni-Melek durent paraître
insuffisantes et l'on amena les eaux de l'O.-Rira qui baigne les
flancs occidentaux du Fi! Il la. Vers 1842, M. le capitaine du
génie Riffault, chargé d'étudier le projet de conduite d'eau de
l'O.-Rira, a reconnu sur cette rivière les traces de la prise
d'eau romaine : il a vu également des vestiges de cette con-
duite sur des ruisseaux intermédiaires, notamment, je crois,
sur l'O.-Loksob (O, Ei-Ksob ou El-Rseub). C'est à cette con-
duite qu'on attribue les deux piliers massifs qui se trouvent
à l'Est de Skikida, à l'entrée de la propriété de Marqué. J'i-
gnore si on doit également y attribuer la conduite souterraine
qui suit le versant méridional du ravin des arènes et qu'on peut
voir en différents endroits, notamment au-dessous de la maison
crénelée de Valée ; mais si ma mémoire est fidèle, cette conduite
serait bien élevée pour les eaux de l'O.-Rira, et je suis assez
porté à croire qu'elle était destinée à apporter dans les citernes
de la ville les infiltrations qui, pendant une partie de l'année,
s'échappent des flancs du Skikida , notamment au-dessus du
cimetière catholique. Cette conduite est couverte par des dalles
-placées en A absolument comme celles qu'on voit à Stora
à côté de la grande voûte située auprès du débarcadère.

Les tombes importantes dé Rusicade sont de petits édifices
carrés, de 4 à 5 mètres de côté extérieur, couverts par une
voûte d'arrêté. On en voit plusieurs, entre Philippe ville et Stora,
au-dessus de la route. ïî en existe aussi deux ou trois sur la
crête de partage des eaux du Beni-Melek, mamelon Négrier, à
l'Ouest de la route de Philippeville à Constantine.

Ruines de Gastonville. — La voie romaine de Rusicade
loading ...