Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 1.1853

Seite: 35
DOI Artikel: 10.11588/diglit.13589.4
DOI Seite: 10.11588/diglit.13589#0039
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1853/0039
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
ifc ruines, couronnant uu petit plateau qui dominait la route
à l'Ouest, et quelques oliviers alignés. Il s'y trouvait quelques
inscriptions ; mais je ne puis pas, faute de renseignements suf-
fisants, en arrêter la position.

La voie passait à l'Ouest d'El-Arrouch et allait s'engager
dans un pli de terrain situé à l'Ouest de la première ligne de
collines qui borde la rive gauche du Safsaf. Elle gagnait le
bois d'oliviers qui couvre un plateau situé au Nord-Ouest de
Gastonville, franchissait l'O.-Amar, atteignait le contre-fort le
plus rapproché du massif montagneux qui sépare les vallées
de l'O.-Amar et du Zéramna et suivait la ligne de faîte de ce
contre-fort. Arrivée au sommet, elle débouchait dans le bassin
de l'O.-Zerga par un col assez élevé, dominé par des collines
couvertes d'énormes blocs de pierres et de broussailles, et connu
alors sous le nom de coi d'Eddis, qu'on donne aujourd'hui au
suivant. C'est dans ce col qu'on eut, le 8 ou 9 octobre 1838,
un convoi de tirailleurs indigènes enlevé et que, plus tard,
on plaça le blok-hauss d'Eddis dont le nom est rappelé sur la
carte de 1847, mais appliqué à tort à un autre point, et la
redoute de Dir-Ali qu'on éleva, un peu plus tard, sur rempla-
cement actuel de Gaston ville.

Après avoir contourné le bassin de l'O.-Zerga, près des crê-
tes, la voie romaine passe dans celui de l'O. Eddis, par un
col très ouvert où l'on remarquait les ruines de plusieurs mai-
sons. C'est à ce col, qu'on appelle aujourd'hui col d'Eddis,
qu'est établie la maison des cantonniers, et que la route ac-
tuelle commence à descendre dans la vallée de l'O.-Zerga. De
là à Philippeville, M. le commandant Foy n'a vu que de loin
en loin des traces peu apparentes de la voie romaine dans la
vailée du Zéramna (alors appelée de l'O.-Louah) ; mais elles
étaient fort visibles auprès du mamelon Négrier.

J'ajouterai à ces renseignements que la voie romaine était
encore facile à retrouver, en 1848 et 1849, le long de l'O.-
Eddis, en amont du principal ravin qui vient s'y jeter sur la
rive orientale, et qui servait, à cette époque, de limites à la
juridiction civile. Plus rectiligne que la route actuelle, la voie
romaine traversait, à l'Ouest de celle-ci, le petit plateau où est
située la maison Bouché, coupait ensuite la route qu'elle cô-
toyait plus haut, sur une grande longueur, et passait sur la
rive droite de l'O -Eddis, qu'elle remontait jusqu'au col.

Dans toutes les parties où j'ai reconnu cette voie, elle était
loading ...