Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 1.1853

Seite: 94
DOI Artikel: 10.11588/diglit.13589.8
DOI Seite: 10.11588/diglit.13589#0098
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1853/0098
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
teint bronzé, qui ne connaissent d'autre nourriture que la
datte, le lait de brebis et le lait de chamelle. Oa voit dans ce
pays des chevaux d'une finesse remarquable. L'étranger y
reçoit un accueil hospitalier.

Treizième journée. — On entre, le soir du treizième
jour, dans un bourg considérable , qui tire son nom de la
Zaouïa de Si di-Mohammed- R'andouz ou Gandouz. Cette zaouïa,
aujourd'hui inhabitée, n'est, à proprement parler, qu'une
koubba (oratoire), placée sur un mamelon de sable. Les habi-
tants de l'endroit ont le teint rouge. Ils ne récoltent, en fait
de céréales, que du froment, et ne se nourrissent guères que
de lait et de dattes. Le cheval, le chameau ainsi que les mou-
tons sont assez rares chez eux, mais ils se livrent avec acti-
vité au commerce.

Quatorzième journée. -— On arrive à Aïn-el-Himà. Ses
habitants, à la figure bronzée, émigrent sans cesse d'Oasis en
Oasis; ils n'ont ni champs ensemencés, ni jardins cultivés,
et possèdent pour tout bien des troupeaux de chameaux et de
moutons. Naturellement cavaliers, ils passent leur vie à errer.
Les dattes et le lait de brebis suffisent à leur nourriture.

Quinzième journée. — On met pied à terre à Tabal-
qouze, village important, riche en palmeraies, en jardins po-
tagers et en vergers. Ici comme ailleurs, le mouton, le cha-
meau et le cheval constituent la richesse essentielle du pays.
Les indigènes ont ie teint coloré de rouge ; ils sont pleins de
probité et font beaueoup de commerce.

remarque. « C'est probablement Taberkouze, qui n'est
plus qu'Un lieu d'emmagasinement pour les Nharza et où l'on
voit très peu de palmiers. »

Seizième journée. — On arrive à Touat, viile considé-
rable et centre d'un grand commerce. Le vaste territoire de
son district est couvert de champs de blé et d'orge. On re-
marque ici, comme dans la localité précédente, que la teinte
rouge domine sur la peau des visages. Touat , à ce qu'il pa-
raît, est sous la dépendance du Maroc. Les Juifs, qui y sont
en grand nombre , y eomptent plusieurs synagogues.

remarque. « C'est une indication qui n'en est pas une.
Le Touat est une région égale en longueur à la province de
Constantine et qui comprend au moins 300 villages. Le capi-
taine Séroka aies noms de 250 de ces groupes de population.
Les gens du pays disent qu'une jument qui serait saillie au
loading ...