Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 1.1853

Seite: 102
DOI Artikel: 10.11588/diglit.13589.9
DOI Seite: 10.11588/diglit.13589#0106
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1853/0106
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— i02 —

CONSTANTINE

ET SES ANTIQUITÉS.

Constantine, chef-lieu de la division orientale de la
régence d'Alger, portait le nom de Çitta ou Kir ta du temps
des Numides. Cette ville, dont l'origine va se perdre dans la
nuit des siècles, est située à 81 kilomètres sud de la mer, et
s'élève sur le plateau incliné d'un rocher qui fut détaché des
montagnes voisines, d'autres disent soulevé de terre, par un
effroyable cataclysme. Le ravin qui l'entoure en grande par-
tie, et dans lequel se ruent en grondant les eaux de l'Oued-
er-Roumel ( la rivière du sable ), en forme une presqu'île qui
nest abordable que par une langue de terre, du coté de
l'Ouest. Il ne faut pas chercher ailleurs la signification de
son nom primitif, (lirta, dans la langue numidique, désignait
un rocher isolé : c'est le synonvme de Kaf ou Kef, expression
arabe qui est devenue le nom de l'ancienne Sicça Vencria.

Tour à tour capitale de Syphax, de Massinissa, de Micipsa,
d'Adherbal, de Juba le jeune; chef-lieu de la province romaine
de Numidie, elle fut érigée en colonie par Jules César, pour
récompenser le corps de partisans avec lequel Publius Sittius
loading ...