Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 1.1853

Seite: 106
DOI Artikel: 10.11588/diglit.13589.9
DOI Seite: 10.11588/diglit.13589#0110
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1853/0110
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 100 —

A présent que le lecteur embrasse de ses regards la vilie
fondée si audacieusement, ou si l'on veut, si bizarrement par
les premiers possesseurs de ce fertile pays, sur une surface cal-
caire dont l'inclinaison ne compte guère moins de 110 mètres,
de la Casba à la pointe de Sidi-Hached, c'est-à-dire du Nord
au Sud, il nous reste à examiner la question de savoir, si
l'enceinte aérienne suffisait, à une certaine époque, comme
moyen de fortification, et si l'énorme population dont parle
Strabon, pouvait y être logée entièrement. Constantine est
moins grande que ne le fut Cirta. 11 y avait jadis une ville
intérieure et une ville extérieure : la seconde plus étendue que
la première, bien qu'elle n'en fût que le faubourg et l'annexe.
C'est une notion qui ressort de l'inspection des lieux. En
effet, par l'étude raisonnée des blocs de maçonneries, des
pans de murs et des citernes épars sur le sol, comme les
anneaux d'une chaîne subitement dénoués, on peut deviner
que Constantine n'a pas toujours été emprisonnée dans les
remparts que nous voyons aujourd'hui, et qui semblent une
exagération de ceux qu'un bouleversement de la nature lui
avait préparés, en séparant son rocher du Msid et du Mansoura.
Elle s'étendait à l'Ouest, depuis le four à chaux de M. Amat
jusqu'à Bellevue, près du cimetière musulman; au Sud-Ouest,
jusqu'au Bardo ou quartier de cavalerie ; et elle embrassait
la colline du Coudiat-Ati ainsi que le bas-fond de la rive
gauche du Roumel « l'Ampsagas des anciens » dans un système
de murailles interrompues et tellement dégradées, qu'elles sont
réduites actuellement à des tronçons que semble avoir en-
gloutis la végétation luxuriante de ce site extraordinaire.

Au rapport de saint Optât, un faubourg considérable, du
nom de Mugœ, touchait à la métropole de la Numidie. Mais
on ne sait pas au juste si l'évêque de Mila a voulu parler du
village bâti à Sidi-Mabrouk , autour de cette basilique qui ne
marque plus sur le sol que la régularité de son plan avec les
premières assises de l'abside et des deux chapelles latérales
pavées en mosaïque. Un acte des martyrs de Numidie, cité
par Ruinart, p. 223, fournit d'ailleurs le nom de Mmjns qui
doit être le même que Mugœ. M. Bureau de la Malle n'a
point hésité à le placer dans le voisinage de Constantine, et
c'est une conjecture que légitime, selon moi, l'assertion de
saint Optât. Voici maintenant une autre preuve qui n'est
point à dédaigner. A Rome, la porte qui s'ouvrait sur le Mar-
loading ...