Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 1.1853

Seite: 110
DOI Artikel: 10.11588/diglit.13589.9
DOI Seite: 10.11588/diglit.13589#0114
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1853/0114
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
no —

Mais je sens que je m'éloigne de mon sujet. îl s'agit de lire
au milieu des ruines et non de déclamer.

Au temps des Romains, le rocher qui supporte ia vil le
avait un autre aspect : il n'était point masqué dans sa partie
inférieure par d'énormes talus de terre et de décombres. Le
tombeau de l'orfèvre Praecilius (1), découvert le 15 avril
1855, au pied de la tour carrée dite Bordj Açous, démontre
qu'en cet endroit on pouvait compter au moins 30 mètres
entre le sol primitif et les premières assises de cet édifice. De
Djabia à Sidi Rached, la même remarque peut être faite.

Cinq ponts donnaient accès à la ville. Deux autres traver-
saient le Roumel : l'un en amont, à cent pas de l'endroit où
ce fleuve reçoit les eaux du Bou-Merzoug; l'autre en aval, au
bout de la prairie, qu'on appelle le Ménia. Six de ces ponts
sont en ruines, et les amateurs d'antiquités admirent surtout
les piles encore debout de celui qui occupe à peu près le mi-
lieu du ravin, au Sud-Est. Un seul est encore utilisé de nos
jours et facilite les communications avec la campagne. On
sait que dans la partie orientale, et pour parler plus exacte?
ment, à l'Est-Nord-Est, le ravin est recouvert par trois voûtes

(1) Celte tombe, qu'on a retirée d'un caveau construit en Luges bri -
ques, forme une auge de plus de deux mètres que recouvrait une pierre
de même dimension. On lit sur le bord du couvercle l'inscription sui-
vante, qui n'est pas moins curieuse sous le rapport du style et de l'oriho-
graphe, que par la confession originale dont elle est l'expression. L'hon-
nête centenaire qui eut le bonheur et la satisfaction, ainsi qu'il l'avoue,
de la composer quelques instants avant de perdre la vie, ne conservait
plus, assurément, qu'une notion vague et confuse de sa langue mater-
nelle. Il mourut sans se douter que son esprit avait subi le même son
que ses membres (inania ).

HIC EGO QVI TACEO VERSIBVS ME A. VIT A (sic) BEMONSTRO IV-

|CEM (sic) CLARA ! ïïVI

TVS ET TEMPORA SVMMA (sic) PRAEC1LIYS CIRTENSI LARE ARGEN-

| TARI

AM EXIBVI ARTEM EYDES (sic) IN ME MIRA FVIT SEMPER ET VE-

IRATA S 0MNIS OM

NISBVS (sic) COMMVNIS EGO CVI (sic) NON MISER TVS VRIQVE RI-

[SVS (ftcj LVXVRIA SEMPER ERVITVS CVN (sic)
CARIS AMICIS TALEM POST OBITVM DO MINA E VALERlAE IN ON INVE

[NI PVDICAE VU AM CVM POTVI
GRATAM HABVI CVN (sic) CONIVGE SANCTAM NATALES HONESTE

[CENTVM CELEBRAVI FEULES
AT VENU POSTREMA DIES VT SPIRITVS INANIA MEMPRA (sic) RE-
[LIQVAT (sic) TITVLOS OVOS LEGIS VIVVS MEE (sic)
MORTI PAR AVI VT VOLVIT FORTVNA NVNQVAM ME DESERVIT IPSA
[SEQVIMINI TALES HIC VOS EXOPECTO (sic) VENITAE (sic)
loading ...