Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 1.1853

Seite: 120
DOI Artikel: 10.11588/diglit.13589.9
DOI Seite: 10.11588/diglit.13589#0124
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1853/0124
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— lâp —

et renversa k digue « el-sedd » élevée par les ordres d'EI-
msorki. (1) »

Franchissons maintenanl \p. «ruH de la porte Valée, ouvrait*
des Français, et suivons la rue Comh.es qui coupe la ville en
deux parties. Noos passerons d'abord sous Se Tétrapyle, édifice
quadrknguîaire déjà décrit plus haut; puis nous rencontreras
sur la droite, la mosquée principale « lïl-djâma e'-Kbir > j»t
la zaouïa des Ben-Lefgoun , dans laquelle subsiste encore un
très-beau morceau d'architecture romaine au'il est assez dilÏÏ-
cile de caractériser.

Dans une chambre de la zaouïa repose le corps du savait
docteur Àbou-zakaria-yahia-Ei-Fekoun (Lefeount, qui mourut
en 988 (de J'.-C. 1580). ^

Non loin de là et sur la gauche, se trouvent les derniers
vestiges de I)ar-el-bev, l'ancien palais des Gouverneurs. Au
lieu de prendre exemple sur re's Berbères qui, pendant plu-
sieurs siècles, avaient maintenu le siège du commandement
dans l'enceinte de la Rasbah, les Turcs installèrent le quartier
général du Makhzène « administration » avec l'es magasins et
tes écuries du chef militaire, dans une région voisine de l'en-
trée principale. La terreur qu'inspirait leur imm les dispensait

culer et paralyser leurs eïïQrîS, ça 6e leur laissant d'autre,
alternative que la famine ou la fuite à travers des précip.icçf
aîïreuï. Tant que la troupe el le malcr;e| de guerre et-vent
en leur pouvoir, ils se croyaient maîtres de la place. En i83î,
Hadi-Àhmed , mal inspiré par sou fol orgueil, 'se fit sulian ; et
comme la demeure def anciens fonctionnaires nommés par le
Divan d'Alger ne pouvait plus fcbnyepir à sa granJeur, il se
fit bâtir à côté de l)ar-el-bey un palais semblable à ceux t|u'il
avait vus dans ses voyages. Asiatique dans tous ses instincts,
aimant le luxe et là luxure, il créa entre les murailles dont
s'entourait sa majesté d'hier, des jardins et un sérail. Mais s.on

dans une mosquée qui porte son non». et qui ftu,bfUie. par les Juifs,
suivant la tradition locale. Cet emplacement a été choisi par M.'le Maire
pour ["installation délinkive du Musée de Constanline.

T Voit- la Faréskide-, dit Commmcpwan qe la dymï.ti?.
KaL toi. 9, v^, I, ;i.
loading ...