Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 1.1853

Seite: 133
DOI Artikel: 10.11588/diglit.13589.10
DOI Seite: 10.11588/diglit.13589#0137
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1853/0137
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 133 —

maines de Constantine ont généralement les dimensions sui-
vantes :

Diamètre intérieur...... 0m 105,

Epaisseur......... 0ra 027,

et plus, selon la charge d'eau que la conduite avait à porter ;

Longueur totale.......0m 450,

Longueur du bout engagé. . 0m 070,
Epaisseur à ce bout......0m 01G.

L'intérieur est moulé cylindriquement. A l'extérieur, la
forme générale est tantôt celle d'un cylindre, tantôt celle d'un
cône tronqué. La pâte, couleur d'ocre rouge, est fine, homo-
gène, très-dure ; on voit que la terre a été bien manipulée et
qu'elle a reçu un fort coup de feu, sans avoir cependant pris
l'aspect vitreux, ce qui prouve l'absence à peu près complète
de l'élément calcaire.

Personne n'ignore que les chaux se divisent, au point de
vue de l'art des constructions, en deux principaux groupes :
les chaux hydrauliques, c'est-à-dire qui durcissent plus ou
moins promptement sous l'eau, et les chaux communes qui
ne durcissent jamais sous l'eau , quelque temps qu'on les y
laisse. Les premières, qui paraissaient se rencontrer plus rare-
ment que les autres dans la nature, et dont la propriété hydrau-
lique est d'une haute importance dans les constructions, fu-
rent, il y a quelques années, l'objet de recherches ingénieuses
de la part de divers savants, en tète desquels on doit placer
M, Vicat, qui trouva la cause de l'hydraulicité dans la
présence, au sein de la matière calcaire, d'une certaine pro-
portion de deux autres terres, l'alumine et la silice.

La théorie des chaux hydrauliques semblait complètement
élucidée par les travaux de M. Vicat, lorsqu'un autre ingé-
nieur , M. Chanoine, ayant eu l'idée de mettre sous l'eau de
la chaux commune renfermée dans un sachet de toile , recon-
nut qu'elle faisait corps au bout d'un certain temps, quoique
la même chaux, à l'état libre, ne donnât aucun signe d'hydrau-
licité. Hé bien ! cette propriété de la chaux commune dans
une enveloppe coè'rcitive, les Romains la connaissaient et ils
en tiraient fort ingénieusement parti pour l'assemblage des
pièces de leurs conduites d'eau. Dans nos méthodes actuelles,
le lut le plus énergiquement hydraulique est celui qui obtient
loading ...