Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 1.1853

Seite: 135
DOI Artikel: 10.11588/diglit.13589.10
DOI Seite: 10.11588/diglit.13589#0139
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1853/0139
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— m —

Elieune, martyr. Serait-ce la moine localité? La chose est pro-
bable, car le cl et le z se substituaient quelquefois l'un à l'autre
dans les noms africains.

Quant aux Cemellenses, nous trouvons dans la géographie
ancienne un mot qui se rapproche beaucoup de cet ethnique ,
c'est celui de Geniellcnse?,. Les itinéraires font mention de
deux stations du nom de Gemellae, dont l'une était située
sur la route de Lambaese à Sitif, à 25 milles romains (37
kilomètres) de cette dernière ville, ce qui donne au moins
100 kilomètres pour la distance du point dont il s'agit à
Conslantine. C'est beaucoup pour le transport de lourds ma-
tériaux, mais ce serait encore pis si nous prenions l'autre
Gemellae qui était dans le Sahara, à 33 milles romains
(49 kilomètres) à l'Est de la station ad piscinam (qu'on croit
être Biskra), et dont par conséquent la distance à Constantine
devait approcher de 300 kilomètres. Il faut donc admettre,
au moins jusqu'à plus ample information, que les Cemellenses
qui étaient appelés à fournir la capitale numide de tuyaux
de terre cuite, en concurrence avec les localités plus voisines,
ne sont autres que les Gemellenses habitant les confins de la
Mauritanie Sitifîenne.

Tous ces fabricants de poteries, Tidditains, Uzélitains, Au-
zuriens et Cemelliens, marquaient leurs tuyaux de conduite
au moyen d'un coin , probablement métallique, en forme de
rectangle allongé, et sur lequel les caractères étaient gravés
en creux. Chez les trois premiers, la surface du coin était
plane, ou du moins droite dans le sens de ses longs côtés, et
s'appliquait en plaçant ceux-ci parallèlement à l'axe du tuyau;
chez les derniers, au contraire, ces mêmes côtés étaient cour-
bes , de manière que le coin s'appliquait sur le tuyau trans-
versalement ou plutôt dans sîBé direction oblique à l'axe.

Les Tidditains avaient pour marque

jTIDITNI

c'est-à-dire leur nom complet, l'A étant représenté par la
première moitié de l'N que traverse un trait horizontal. Ils
ne mettaient qu'un D, tandis que l'inscription de Lollius,
rapportée dans ce volume, en a deux; c'est tout-à-fait analogue
avec le mot berbère, dont nous croyons cet ethnique dérivé,
loading ...