Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 2.1854/55 (1855)

Seite: II
DOI Artikel: 10.11588/diglit.13590.1
DOI Seite: 10.11588/diglit.13590#0007
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1855/0007
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
jj

bres d'une maison. C'est ainsi qu'ont commencé les
Musées les plus remarquables, c'est ainsi qu'ils
s'enrichissent. Les sacrifices faits par l'administration
sont complétés par les dons particuliers. Plus heu-
reuses que Constantiue, les villes d'Alger et de
Cherchel ont vu leurs monuments anciens rassemblés
avec ordre et confiés à la surveillance de savants
conservateurs. Avant peu, nous l'espérons, notre
cité n'aura plus rien à envier, sous ce rapport, à ses
rivales : car les travaux de la Société archéologique
ont attiré vers elle la sollicitude de M. le Ministre
de l'Instruction publique et des Cultes.

Notre premier volume, auquel n'a point manqué
le suffrage de l'Académie des inscriptions et belles-
lettres, s'ouvrait par un coup-d'œil jeté sur les res-
sources que possède la Numidie, où se sont opérées
tant de révolutions successives, et comprenait,outre
le recueil complet des inscriptions de Constantine,
un mémoire sur les antiquités de cette ville, d'après
les auteurs indigènes.

Les causes dissolvantes que les sociétés scientifi-
ques ont rencontrées jusqu'ici en Algérie, et dont
la principale est l'extrême mobilité du personnel de
la colonie , en apportant quelque retard à la publi-
cation de notre deuxième volume, nous ont encore
obligés d'y réunir les travaux de deux années,
l'année 1854 et l'année 1855.

Fidèles à notre programme, qui se résume par les
mots : Recueillir, conserver et décrire, nous n'avons


loading ...